Napoléon et la chasse (II) : aménagements, déménagement

D’après Le Grand Veneur de Napoléon Ier à Charles X, Charles-Eloi Vial, 2016.

 

Désirs assumés, organisation féroce, sens aigu du détail : les qualités qui ont fait la puissance de Napoléon Ier étaient à l’œuvre lors de son passage à La Muette. Comme partout, l’empereur a laissé son empreinte, en l’occurrence sous la forme de 38 dalles qui ornent aujourd’hui le sol du grand vestibule.

Napoléon, Marie-Louise et le roi de Rome dans les jardins des Tuileries.
Anonyme © Wikipedia

Comment l’empereur séjourna à La Muette

Le 15 décembre 1809, l’empereur divorce de Joséphine de Beauharnais. La nouvelle élue est Marie-Louise d’Autriche, qui présente un pedigree impeccable et prestigieux, en tant que petite-nièce de Marie-Antoinette. Elle est surtout jugée plus capable de lui donner un héritier, ce qui est désormais la grande affaire napoléonienne. Grand seigneur, Napoléon laisse à sa première épouse le château de La Malmaison, se privant d’un agréable relais de chasse en Ile-de-France. Qu’à cela ne tienne ! Depuis Vienne où il est en campagne, l’empereur demande à son secrétaire Daru de s’occuper d’aménager le premier étage du pavillon de la Muette pour l’accueillir avec sa nouvelle promise.

Un garde forestier un peu embarrassant

Les travaux viennent à point pour déloger un garde forestier qui occupait l’étage impérial avec toute sa famille. Une situation qui remontait à la construction même du pavillon : en 1767, une lettre de l’architecte Nicolas Galant à son commanditaire Marigny fait l’inventaire des desiderata du concierge Brou, pour qui un logement devait être construit. Faute de moyens, l’ambitieux projet de dépendances ne vit pas le jour, et le sieur Brou finit par s’installer en 1778 au premier étage du pavillon. Sommé de laisser l’appartement du premier étage au nouveau maître de l’Europe, Le Pelletier, le concierge du domaine qui a succédé à Brou, résiste. Dans une lettre de Duroc à Daru le 22 mars 1809, le grand maréchal indique que « le garde général de la forêt a continué à loger [au premier étage du pavillon] malgré la défense de Sa Majesté ». Il finira par obtempérer l’année d’après, non sans avoir obtenu la construction d’un logement dédié situé près des anciens chenils, qui constitue aujourd’hui la « maison forestière » du domaine.

Maison forestière initialement dédiée au logement du garde forestier et de sa famille sous Napoléon Ier

Premier étage impérial du Pavillon, chambre de Napoléon

Même loin, Napoléon est présent

L’irrésistible ascension de l’empereur ne l’empêche pas de suivre ses affaires locales avec un sens du détail qui frise l’obsession : depuis la Russie, Napoléon commande la restauration de 38 dalles dans le grand vestibule, et ordonne que l’on procède à l’inventaire ainsi qu’au changement de mobilier.

Duroc commande des tables et le pavillon est décoré avec deux suites de tapisseries dont celle des Fruits de la guerre sur cartons de Jules Romain, tissées à la Manufacture des Gobelins en 1685-1686 et utilisées à Versailles jusqu’en 1789. Ces tapisseries étaient destinées notamment à absorber l’humidité.

Au premier étage de La Muette, c’est « à la guerre comme à la guerre », un lit de camp glissé dans une alcôve pour lui, une modeste chambre pour l’impératrice. Celle-ci s’assurera d’y trouver un nécessaire de toilette digne des chambres royales. On peut faire simple mais il y a des limites, tout de même !

Ernest Meissonier, Napoléon 1er en 1814 (1863), Baltimore, Walters Art Gallery
Derniers articles Histoire

Napoléon et la chasse (II) : aménagements, déménagement

D’après Le Grand Veneur de Napoléon Ier à Charles X, Charles-Eloi Vial, 2016.   Désirs assumés, organisation féroce, sens aigu du détail : les qualités qui ont fait la puissance de Napoléon Ier étaient à l’œuvre lors de son passage à La Muette. Comme partout,...

La Muette : halte pittoresque pour une visite d’état

La visite de la reine Victoria à La Muette, le 25 août 1855, valait bien un tableau de chasse. C’est en effet dans ce cadre sylvestre que la royale invitée et son époux, le prince Albert, viennent prolonger les festivités commencées à Paris le 18 août, afin de sceller...

Napoléon et la chasse (I) : une histoire de légitimité politique

D’après Le Grand Veneur de Napoléon Ier à Charles X, Charles-Eloi Vial, 2016.   Rien ne conduisait a priori Napoléon à investir le pavillon de La Muette, vestige de l’ordre monarchique englouti avec la Révolution. L’empereur suit pourtant son instinct politique...

Périples d’une cheminée du Languedoc

Les architectes du XVIIIe siècle n’ont pas attendu la culture du recyclage pour réutiliser les pièces maîtresses des monuments de l’époque. L’histoire de la cheminée qui orne la salle des officiers des chasses illustre cette façon de joindre l’économie à...

Publications récentes

Rencontre avec l’architecte Florent Richard

Rencontre avec l’architecte Florent Richard

Comment associer les propriétaires privés de monuments historiques et les services culturels en charge de valoriser ce patrimoine ? Comment réunir dans une même ambition les experts des vieilles pierres et ceux qui leur permettent de continuer à vivre ? C’est la...

en lire plus

Pin It on Pinterest

Partager cette page