Architecture

Une construction par Ange-Jacques Gabriel à la demande de Louis XV qui devint le plus grand et prestigieux pavillon de chasse de l’Ancien Régime.

Voir la vidéo Iconem*

Portrait d’Ange-Jacques Gabriel, architecte du Pavillon Royal de la Muette
par Jean-Baptiste Greuze

Les fondations au Carrefour de la Meute…

L’endroit choisi se situe à l’endroit précis de l’ancien château de François Ier tombé en ruine, ce qui permettra de récupérer en partie les anciennes fondations de ce dernier. C’est donc à cet endroit, au Carrefour de la Meute (qui donnera par extension son nom à La Muette), que sera édifié ce nouveau bâtiment royal.

Plan coté et projet pour agrandir le carrefour “de la Meute”
à Saint Germain en Laye le 11 juillet 1767

L’architecte du Roi, Ange-Jacques Gabriel

Le premier architecte du Roi, Ange-Jacques Gabriel, est choisi par Louis XV pour bâtir cet édifice. Il s’est déjà illustré par de prestigieuses réalisations comme la construction du château de Compiègnes (1750) et surtout celle du Petit Trianon, démarrée en 1764 pour Madame de Pompadour.

Ange-Jacques Gabriel est également l’architecte de la place Louis XV (actuellement place de la Concorde), de l’École Militaire à Paris, ou encore de la place de la Bourse à Bordeaux et de l’Opéra du château de Versailles (voir diaporama ci-dessous).

Le Petit Trianon à Versailles par Ange-Jacques Gabriel

Façade du château de Compiègnes par Ange-Jacques Gabriel

Place de la Bourse à Bordeaux par Ange-Jacques Gabriel

Façades de la place Louis XV à Paris (actuelle place de la Concorde) par Ange-Jacques Gabriel

L’École Militaire à Paris par Ange-Jacques Gabriel

L’Opéra du château de Versailles par Ange-Jacques Gabriel

Inspiré du Petit Trianon de Versailles

Pour La Muette, Ange-Jacques Gabriel s’inspire très largement des proportions parfaites du Petit Trianon : 23 mètres de façade, cinq portes-fenêtres surmontées de cinq fenêtres carrées.

Pavillon de chasse de La Muette achevé en 1775

Petit Trianon de Versailes achevé en 1768

Réchauffoir de la Muette 

Un pavillon de chasse exceptionnel et des cuisines remarquables

Même s’il a la simplicité d’un relais forestier, cet édifice deviendra le plus grand et le plus beau des pavillons de chasse de l’Ancien Régime, et mérite amplement son surnom de « Petit Trianon de Saint Germain en Laye ».

La ressemblance entre le Petit Trianon et La Muette apparait également dans la savante stéréotomie des voûtes de pierre des cuisines et du réchauffoir.

Vis à vis : Réchauffoirs de la Muette et du Petit Trianon

Les boiseries de Guesnon et Cliquot

Autre similitude avec le Petit Trianon, les boiseries de La Muette sont réalisées par les ateliers Guesnon et Clicquot, qui ont également réalisé trois ans plus tôt les boiseries du Petit Trianon.

Boiseries au Pavillon Royal de la Muette par Guesnon et Cliquot

On connaît, grâce à la correspondance minutieuse de Nicolas Galant, architecte chargé de l’exécution des plans de Gabriel, le déroulement précis de la construction, qui fut d’ailleurs plusieurs fois ralentie par les problèmes de trésorerie de la couronne royale.

Ainsi, la cheminée d’époque Louis XIV, située dans la salle des officiers de La Muette, qui est en marbre « rouge du Languedoc », a été récupérée dans le magasin des marbres du Château de Versailles, ce qui laisse supposer qu’elle proviendrait du Grand Trianon, ou des démontages de cheminées ont eu lieu en 1749.

Cheminée en marbre rouge du Languedoc d’époque Louis XIV

Outre les soucis financiers, le chantier fut également retardé par les réticences des ouvriers, qui « reculent à venir à un atelier isolé et éloigné des secours de la vie et du couvert pour se loger » (courrier de Nicolas Galant du 14 septembre 1766).

Cependant, les travaux avancent et le 16 janvier 1768 le roi Louis XV visite son nouveau pavillon en construction et se déclarera “très satisfait” selon son maître d’œuvre Nicolas Galant, ce qui constituait un vrai compliment de la part d’un souverain réputé pour sa réserve.

Louis XV viendra régulièrement chasser à La Muette, mais ne verra malheureusement pas sa commande complètement achevée, puisqu’il meurt en 1774, un an avant l’achèvement du salon octogonal, dit « à l’italienne ».

Salon octogonal du Pavillon Royal de la Muette achevé en 1775

Vidéo : Radiographie du Pavillon de la Muette
avant travaux – procédé Iconem*

*Procédé moderne de photogramétrie permettant de réaliser une maquette en 3D haute définition et très précise du bâtiment.

Pin It on Pinterest

Partager cette page