Les travaux de restauration

La restauration du Pavillon Royal de la Muette est un défi de taille. Cet exceptionnel édifice du XVIIIe siècle a subi les outrages du temps et nécessite à présent l’engagement et les efforts de nombreux spécialistes de la restauration des Monuments Historiques. Grâce à eux, le Pavillon pourra retrouver son rayonnement culturel d’autrefois et accueillir des événements inoubliables aux portes de Paris.

Éradiquer la mérule

La mérule est une espèce de champignon destructeur de bâtisses, qui se développe en milieu humide, obscure et confiné. Abandonné pendant près de 45 ans, le Pavillon de La Muette en a naturellement été infesté, le champignon se propageant rapidement et rongeant tout bois de charpente ou maçonnerie sur son passage. Notre priorité, avant d’amorcer véritablement tout travail de rénovation, s’est donc portée sur le traitement de cette mérule et l’assainissement du monument. Nous avons fait appel à l’entreprise Battais Charpente pour réaliser ce traitement curatif, qui a consisté à dégager les maçonneries et éléments de charpente de tout habillage (couverture, plâtre, boiseries, etc.), à les stériliser à la flamme pour détruire le champignon, puis à y injecter en plusieurs points ou pulvériser en surface un produit fongicide.

Rénover intégralement la couverture

L’ingéniosité et le savoir-faire d’Ange-Jacques Gabriel n’auront pas suffi à maintenir le Pavillon de La Muette étanche à travers les siècles. Pour pérenniser le bâtiment, assurer l’étanchéité, et éviter une nouvelle propagation de la mérule à cause de l’humidité, il était donc urgent d’en réfectionner la toiture. Accompagnés des Couvreurs de Neauphle, nous avons entièrement déposé la couverture existante majoritairement constituée d’ardoise cloutée, d’habillages en plomb et de quelques éléments en cuivre. Cette couverture sera entièrement reconstituée à l’identique une fois la charpente porteuse assainie et restaurée. En attendant, le Pavillon de La Muette peut compter sur son échafaudage parapluie pour l’abriter des intempéries.

Rénover et renforcer la charpente

La charpente du Pavillon de La Muette est notre partie immergée de l’iceberg : nous n’avons pu comprendre l’ampleur des travaux de restauration à prévoir qu’une fois la couverture déposée. L’objectif, comme pour tout monument historique classé, est de conserver un maximum de bois existants (poutres, arbalétriers, solives, etc.) et de les renforcer plutôt que de les remplacer. Ainsi, les éléments de charpente en place seront d’abord brossés, nettoyés et examinés, puis suivant nécessité leurs appuis dégradés et entailles seront restitués par entures en bois neuf et/ou injections de résine. Enfin, leurs fixations dans la maçonnerie seront vérifiées et consolidées par chevillage. Certains bois sont trop dégradés pour être conservés, et devront obligatoirement être remplacés. L’entreprise Lebras Frères, spécialiste de la restauration de charpente agréé Monuments Historiques, a été sélectionnée pour relever ce défi de taille.

Ravaler la façade et les maçonneries

De tous les monuments conçus par Ange-Jacques Gabriel, le Pavillon de La Muette est le seul dont la façade n’est pas en pierre mais plutôt recouverte d’enduit, un matériau bien moins noble. Convaincue de l’invraisemblance de cette façade modeste en comparaison des majestueuses caves voutées en pierre massive, l’entreprise Lebras Frères est parvenue à prouver qu’en réalité, en plus des soubassements et de la corniche, tous les chainages d’angles et encadrements de baies étaient autrefois aussi en pierre de Saint Leu. La complexité du ravalement de cette façade réside ainsi dans le piochement général de son enduit et le scellement des nouvelles pierres de taille dans la maçonnerie existante, ce qui permettra de redonner au Pavillon de la Muette toute sa splendeur d’antan.

Traiter et restaurer les boiseries
des ateliers Guesnon et Cliquot

Le Débotté du Roi, la Salle des Officiers et le Salon Octogonal sont tous trois revêtus de boiseries réalisées sous Louis XV par les ateliers Guesnon et Clicquot, qui avaient également conçu celles de la salle du billard au Petit Trianon. Ces boiseries ont été entièrement déposées pour permettre de traiter la mérule sur les maçonneries support d’une part, et d’autre part pour être elles-mêmes traitées, nettoyées par procédé de sablage et consolidées voire partiellement remplacées. Cette restauration ne débutera que fin 2021, une fois le bâtiment hors d’eau hors d’air, soit la charpente terminée, la couverture entièrement posée et les façades rénovées.

Aménager les jardins

Bien que les jardins du Pavillon de La Muette ne soient pas classés, un projet colossal d’aménagements extérieurs est en cours de conception par l’architecte paysagiste Franck Jault. Une cinquantaine d’arbres devraient être plantés d’ici fin 2020, redessinant la circonférence de la clairière qui permettra aux visiteurs une balade rythmée, probablement musicale et lumineuse, sans perdre le pavillon des yeux. Un parking pouvant accueillir près de 70 voitures sera aménagé, les allées cavalières seront délimitées par des arbustes et massifs fleuris, un verger, un potager et un poulailler y seront insérés, ainsi qu’un emplacement de barnum pour les futurs évènements qui s’y dérouleront.

Restaurer et aménager les caves

Les anciennes cuisines et rôtisserie situées au sous-sol du Pavillon de La Muette sont sans doute les pièces les plus spectaculaires du monument. Pour cause, une magnifique architecture de pierres soigneusement appareillées et couvertes d’étonnantes voutes plates. Malheureusement, au fil des années le taux d’humidité de ces caves n’a fait qu’augmenter, entrainant moisissures et détérioration de la pierre. Une lourde campagne de nettoyage et de remise en état du sous-sol est prévue pour 2022, comprenant entre autres l’installation de sanitaires hommes et femmes, d’un vestiaire et potentiellement d’une salle de dégustation de vins.

Pin It on Pinterest

Partager cette page