Before the pavilion - Pavillon de la Muette
74
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-74,ajax_updown,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-3.7,fs-menu-animation-underline,popup-menu-text-from-top,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Before the pavilion

Before the pavilion

1. François the Ist is the first monarch to have ordered the construction of a permanent castle in the crossroad of la Muette. It has a double purpose : hunting and family life away from the court. This location, close to some of the best wooden spaces of the forest and containing some swampy holes where deers would run from the hound at the end of the hunt, it was a prime hunting ground. In 1541, the king built a chapel, soon to be followed by a well an a cage for young falcons who were captured and kept in the dark for taming during their moult (hence, possibly, the name of “Muette”). Intimacy was another important factor. The castle, built far away from the main castle, was deliberately too small to host the court and allowed accomodation for the king, family and friends only. He built there oner of his strangest castles, with a complicated, Chambord-like plan. Very little remains today : the well, and a cellar…

 

2. Le plan dressé par Androuet du Cerceau révèle la similarité avec Chambord (tours d’angles et saillies de l’escalier et de la chapelle). Au centre sont situées les pièces communes, dans les tour d’angle, en demi niveau, les chambres équipée d’une pièce de service et de latrines individuelles. Il ne subsiste en sous sol aujourd’hui que deux modestes éléments  : une petite cave et une coursive oblique corresponant au point de raccrochement de la tour nord ouest avec le corps central, et une coursive correspondant à celle que l’on voit entre l’escalier et les pièces de réception

 

3. La description du pavillon par Androuet du Cerceau, dans “les plus excellents bâtiment de France”. Il y relève que Philibert De l’Orme fit coiffer le chateau initial d’une terrasse en plomb pour admirer la forêt, ajout qui fut réitéré sur le pavillon actuel. Il s’inquiète alors toutefois que “Neanmoins depuis est advenu que la dite couverture, par le moyen de la terrasse, s’est affoncée de forte, que je crois que, qui n’y mettra ordre, le tout s’affoncera avec le temps ; comme de vray le reste s’en va de jour à autre en ruine totale, attendu qu’il n’est habité ni entretenu”. Le texte est prophétique pour le château d’alors comme pour le pavillon actuel, où l’affaissement de la terrasse est à l’origine des infiltrations qui ont, avec l’abandon, lourdement détérioré l’édifice.

 

4. Comportant des structures que l’on retrouve à Chambord et au château de Madrid, alternant brique et pierre comme le château vieux de Saint Germain, c’est plus encore au château de Chaluau que la “première Muette” fait penser. Seul autre bâtiment intime de petite taille du règne de François Ier, construit pour sa favorite Anne de Piseleu près de Fontainebleau, il a lui aussi disparu.

 

5. La description du pavillon par Androuet du Cerceau, dans “les plus excellents bâtiment de France”. Il y relève que Philibert De l’Orme fit coiffer le chateau initial d’une terrasse en plomb pour admirer la forêt, ajout qui fut réitéré sur le pavillon actuel. Il s’inquiète alors toutefois que “Neanmoins depuis est advenu que la dite couverture, par le moyen de la terrasse, s’est affoncée de forte, que je crois que, qui n’y mettra ordre, le tout s’affoncera avec le temps ; comme de vray le reste s’en va de jour à autre en ruine totale, attendu qu’il n’est habité ni entretenu”. Le texte est prophétique pour le château d’alors comme pour le pavillon actuel, où l’affaissement de la terrasse est à l’origine des infiltrations qui ont, avec l’abandon, lourdement détérioré l’édifice.

 

6. Négligé dès le règne d’Henri II, abandonné pendant les guerres de religion, le château menaçait ruine dès le règne d’Henri IV et dans une estampe d’Israel Silvestre de 1665, il n’est plus que ruines. Louis XIV le laissera raser peu de temps après.